Des réponses à vos questions Comportements à risque et consommation de médicaments chez les jeunes

Si le message ne s'affiche pas correctement, merci de cliquer ici.


Parents d'ado:

des réponses à vos questions

Chers parents,

«No risk, no fun», la formule est bien connue. D’ailleurs, prendre des risques fait partie de la vie.

Il est normal que les jeunes essaient des choses: ils explorent le monde, recherchent des expériences, ont soif d’apprendre. De ce point de vue, il n’y a pas trop de craintes à avoir a priori si votre enfant est curieux. La curiosité est un bon défaut, mais l’accompagnement est important. Les questions suivantes peuvent aiguiller les parents: de quoi mon enfant est-il curieux? Les risques sont-ils acceptables? Est-il suffisamment mûr pour les expériences qu’il recherche? Sait-il quels risques il prend? Comment les limite-t-il?

La plupart des jeunes savent prendre des risques sans trop de conséquences ou de mise en danger. Mais parfois la situation dérape. Ces derniers temps, le nombre d’incidents avec des médicaments a notamment augmenté. Plusieurs jeunes en sont décédés. Les mélanges (avec de l’alcool, d’autres médicaments ou substances) sont particulièrement dangereux. Dans certains cas, la respiration peut s’arrêter sans qu’il soit possible d’intervenir. On constate des consommations abusives non seulement de benzodiazépines (par ex. Xanax®), mais aussi de médicaments contenant des opiacés (par ex. Makatussin®) ou de médicaments stimulants (par ex. Ritalin®). La proportion des jeunes qui déclarent avoir déjà consommé des médicaments pour se droguer a augmenté.
D’après une enquête effectuée en Suisse auprès d’élèves de 15 ans, elle dépasse désormais les 4%.


De nombreux parents se demandent ce qu’ils peuvent faire pour éviter que leur enfant ne se mette en danger.

Parler des risques et des influences

Les médicaments sont des produits destinés à soigner, c’est pourquoi les risques d’une consommation non conforme sont parfois sous-estimés. Il est important que les parents abordent ce sujet avec leur enfant. Un autre problème est lié au fait que certains rappeurs et chanteurs de hip hop font l’apologie de certains médicaments. Votre enfant écoute-t-il ce style de musique? Ses amis aiment-ils prendre des risques? Comment votre enfant réagit-il à l’influence d’amis ou de personnalités connues?

De la même manière que vous parlez d’alcool, de tabac ou de cannabis avec lui, vous devriez évoquer le thème des médicaments. Les discussions autour des risques et des motivations qui poussent à la consommation peuvent contribuer à une bonne prévention. Il est également primordial que votre position sur la consommation de substances addictives soit très claire, y compris à propos des médicaments détournés à des fins psychotropes.. La consommation d’alcool avant 16 ans ne devrait pas être acceptée. À partir de 16 ans, il est recommandé de s’en tenir à une consommation occasionnelle et modérée. Concernant les autres drogues et les médicaments pris pour rechercher des sensations grisantes, il est important que votre enfant sache que vous ne tolérez pas leur consommation. (Des astuces concernant la façon d’aborder la question des substances psychotropes avec son enfant se trouvent dans les sources à la fin de la newsletter.)

Certains jeunes sont particulièrement en quête de sensations fortes. Pour cela, ils n’hésitent pas à prendre des risques, et les substances addictives représentent de plus en plus souvent une option de choix. Si votre enfant aime souvent frôler le danger, il est important de l’accompagner attentivement.

Votre propre consommation de médicaments

Les parents sont aussi un exemple. Si vous montrez à votre enfant que vous consommez les médicaments de façon responsable, il l’enregistrera. Dès la petite enfance, on peut expliquer que les médicaments sont importants mais qu’il faut en prendre uniquement lorsqu’ils sont nécessaires. Consultez toujours un médecin avant de donner à votre enfant des médicaments soumis à ordonnance. Même pour les médicaments en vente libre, il vaut mieux consulter préalablement un spécialiste. À la maison, veillez à conserver les médicaments hors de portée de vos enfants. En effet, il n’est pas rare que des jeunes «se servent» dans la pharmacie de leurs parents pour se procurer des médicaments avec effet psychotrope.


Encourager la prise de risque dans un cadre sécurisé

À quelles occasions votre enfant peut-il découvrir des choses inconnues et étancher sa soif de curiosité? Où votre enfant peut-il satisfaire son goût du risque et rechercher des sensations fortes dans un cadre stimulant sans pour autant mettre sa vie ou sa santé en danger? Votre enfant aime-t-il certaines disciplines sportives? Souhaite-t-il s’engager pour des causes politiques? Est-il intéressé par des activités artistiques? Éventuellement le théâtre? Encouragez votre enfant à pratiquer des activités qui allient montée d’adrénaline et apprentissage.

Si votre enfant pousse les limites de plus en plus loin

Certains jeunes ont de la peine à distinguer la frontière entre «risque faible» et «risque élevé». Certains recherchent des stimuli toujours plus forts afin de ressentir des sensations grisantes. Si votre enfant pousse les limites de plus en plus loin, sait-il ensuite revenir sur ses pas? A-t-il besoin pour cela de prendre ses distances vis-à-vis de son cercle d’amis actuel? A-t-il besoin de changement au niveau de ses loisirs? Existe-t-il une possibilité de réorientation pour votre enfant? Si ce n’est pas le cas ou si la situation nécessite d’être clarifiée, n’hésitez pas à demander du soutien dans un centre spécialisé. Vous aurez alors de bonnes chances de trouver des pistes qui permettront d’orienter votre enfant vers un chemin moins dangereux.

Informations et conseils pour les parents 

- Notre page thématique pour les parents
- mon-ado.ch
- Conseils en ligne: safezone.ch 
- Services spécialisés en addiction: indexaddictions.ch
- Conseil par téléphone d’Addiction Suisse: 0800 105 105
- Conseil aux parents de Pro Juventute

Informations et conseils pour les jeunes

- www.ciao.ch
- Ligne d'écoute 147
- Services spécialisés en addiction: indexaddictions.ch
- Conseils en ligne: safezone.ch

Addiction Suisse est une fondation indépendante.
Merci à celles et ceux qui nous soutiennent.
CCP 10-261-7
IBAN: CH63 0900 0000 1000 0261 7
IDE: CHE-103.189.584
Addiction Suisse est exonérée d'impôt.


Lausanne, décembre 2020
Se désabonner 
Addiction Suisse
Av. Louis-Ruchonnet 14 
 CH-1003 Lausanne
T 021 321 29 11
   info@addictionsuisse.ch